Helena Rubinstein par Michèle Fitoussi

Une plongée dans l’histoire d’une papesse de la Beauté au destin atypique.

Helena-Rubinstein

Helena Rubinstein, créatrice d’un des plus grand empire des cosmétiques, jeune juive désargentée née en 1872 et décédée en 1965. Son parcours avait de quoi susciter la curiosité.
Michèle Fitoussi, éditorialiste de magasines féminins, auteur de plusieurs romans, s’est attelée à la biographie de ce monstre sacré de la beauté.
L’exercice était difficile. En effet, rédiger la biographie d’un tel personnage, contemporain de deux guerres mondiales et d’autant de révolutions des mœurs, nécessitait probablement la maîtrise et l’esprit critique de l’historien.

Ce manque s’exprime souvent dans l’affection et l’admiration sans bornes que semble porter l’auteur à son « héroïne ». En effet, celle-ci est menteuse, avare, cruelle, égoïste. Pleine d’ambition, elle néglige ses enfants, son époux.

Au cours de sa vie, Helena Rubinstein rencontrera une multitude d’artistes, d’écrivains, de peintres, de personnalités. Cocteau, Dali, Poiret, Chanel, Hemingway… Son amour de l’art et les fréquentations bohèmes de son premier mari la pousse à côtoyer de grands hommes et femmes des 19 et 20ème siècle. Cependant, à mon grand dam, ces rencontres ne sont abordées que très superficiellement.a94e13cbd365b7444a4cbbbc53ee038d_ID2490845_clipboard012x_0162LY_0.JPG

Alors que la vie de cette femme aurait pu être le point de départ d’une grande étude sur les mœurs féminines, leur rapport à la beauté (bien que cela aie déjà été fait, par Georges Vigarello, cité dans l’ouvrage d’ailleurs), ou encore au pouvoir, ce roman distrayant est somme toute très frustrant.

Cependant, et c’est peut être là que se trouve le tour de force, on ne peut qu’être impressionné devant un tel accomplissement professionnel dans un siècle où le cadre de vie d’une femme, juive de surcroît, était bien plus ardu qu’aujourd’hui.

Le sentiment étrange que j’ai ressenti, à la lecture de ce livre, est aussi et très probablement une piste intéressante à étudier: Comment percevons nous une femme qui a laissé passer sa carrière avant tout ? Comment juge-t-on celle qui néglige ses enfants, son mari, mais gère son business d’une main de maître ? Autant de questions suscitées par la vie d’Helena Rubinstein.

Pour aller plus loin:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :