ALCEST – SHELTER (2014) – J’ai écouté le dernier album d’Alcest… Et il est foncièrement mauvais.

Alcest-ShelterJ’aime bien le shoegaze. C’est saturé, mélancolique, chargé de tristesse en provenance directe des 90’s, là où les adolescents portaient trop d’eye-liner et ne se consolaient toujours pas de la disparition d’Ian Curtis.

(Va lire ma sélection shoegaze ici.)

J’aime bien aussi le black metal et ses dérivés dans la veine du post-rock. Je sais, peu de puristes considèrent le genre comme une musique acceptable, estimant que le post-black à la Amesoeurs est destiné aux fillette (eew, c’est sexiste), n’ayant aucun droit de cité dans la grande scène du metal noir. Tant pis pour eux, messieurs-dames, votre élitisme vous perdra. Un jour. Probablement.

Bref, j’apprends sur twitter que Shelter, le dernier album d’Alcest est sorti. Je n’avais pas été transcendée par leur précédent opus, Les Voyages de l’Âme. Seuls les splendides artworks valaient la peine. Qu’à cela ne tienne, on m’envoie un lien de téléchargement, je vais donc écouter ça.

Eeeet… Let’s go. Le single « Opale » est une pure daube. Un horrible riff clair et super joyeux est sensé titiller des voix que l’on entend au loin. Des voix claires. Trop claire. Neige pousse une petite chansonnette, quoi. J’ai l’impression d’écouter un boysband. Et c’est pas les 3 secondes qui semblent samplées d’un morceau de Slowdive qui vont sauver le morceau.

Je lance « Voix Sereines ». Alcest a définitivement quitté le monde du metal, assumant un virage complet vers le shoegaze. Le morceau en lui-même n’est pas déplaisant, mais ce putain de riff me file de l’urticaire, je n’entends que lui, je commence à l’abhorrer.

« Delivrance » . Les quelques instruments à corde viennent étoffer et combler le vide des morceaux précédents. Légère montée en puissance. Mais je continue à me demander si je ne ferais pas mieux de lancer un petit Peste Noire pour me réveiller.

La suite de l’album n’est qu’une succession de morceaux aux relents éthérés, aussi épiques d’un film de Sophia Coppola.

Où sont l’intensité, la profondeur? Le groupe parisien semble désormais soigner davantage son image et son univers que de proposer de la musique réellement consistante. Alcest persiste et signe le virage amorcé avec son précédent album: la rupture avec le black est consommée. Les fans seront-ils au rendez-vous? Difficile à croire.

Je vous laisse en juger avec le clip d’Opale, joli, certes, mais chiant :

Et j’ai accessoirement une place à vendre (ultra bien située mais je m’envole à Rome avec mon copain à cette date) pour le concert soldout de Depeche Mode à Anvers, le 25 janvier. Intéressé? Clique ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :